Back
October 19, 2023

Achetez ici le livre de Geert traduit en français.

https://www.editionsmarcopietteur.com/vanden-bossche-covid-19

J’ai fait la connaissance de Geert lors d’uncolloque de vaccinologie à Vienne il y a maintenant 6 ans. J’avais étéimpressionné par les informations nouvelles qu’il nous avait fournies sur laréponse immunitaire innée, comme une des clés de la vaccination du futur,notamment les réponses cellulaires de type NK. C’était deux ans avant lespremiers soubresauts liés à la pandémie de COVID-19. Dès mars 2020, certainsauteurs de premier plan – Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet - ontconsidéré que cette nouvelle pandémie pouvait être qualifiée de « syndémie ».A ce stade, ceci est un élément majeur à souligner car ce concept épidémiologique,qui date d’une trentaine d’années, avait été décrit comme un «entrelacementde maladies en interactions et s’aggravant réciproquement».

 

Très tôt, il est apparu que le virus SARS-CoV-2 se manifestait de manièredifférente suivant l’âge et les « co-morbidités ». Enconséquence, il est apparu légitime de s’interroger sur la pertinence duparadigme médical qui a guidé – et guide encore largement – la stratégie pourfaire face à cette pandémie.

 

Ce paradigme a été celui d’une approche biomédicale, principalement portéepar des modélisateurs d’épidémie, des infectiologues ou encore desréanimateurs, et des médecins spécialisés sur les fonctions atteintes(pneumologie, cardiologie, gastro-entérologie,…).

 

En termes d’applications médicales, les vaccinologues n’ont pas hésité à prônerla vaccination de masse, au détriment d’une vaccination ciblée sur lespopulations à risque, à l’instar de la vaccination antigrippale. Ces derniersont considéré la Covid-19 comme une urgence absolue qui devait devenir lapriorité quasi-exclusive des pouvoirs publics, au détriment éventuel de tousles autres déterminants de la santé. Le tout dans un contexte pandémique« évolutif », en d’autres termes dans un écosystème où le virusévoluait de manière cryptique par le biais de mutations et de recombinaisons génomiquesentre les nombreux variants en circulation.

 

Chacun a évidemment en tête la fameuse hypothèse de la « Reine Rouge »d’Alice au pays des Merveilles, hypothèse de la biologie évolutive qui peut serésumer ainsi : « l'évolution permanente d'une espèce est nécessaire pourmaintenir son aptitude face aux évolutions des espèces avec lesquelles elle co-évolue".En d'autres termes, c'est le processus par lequel deux adversaires acquièrentsans cesse de nouvelles adaptations pour ne pas être distancés par “l’autre”.C’est un enchaînement de pressions sélectives réciproques. Appliqué auxprocessus infectieux viraux chez l'homme, un tel schéma évolutif prend un sens aigudans le contexte de conflits chroniques et de pandémies durables (par exemple,le HIV).

 

Concernant la vaccination, le vaccin contre la Covid-19 a été, dans l’histoire vaccinale, le deuxième vaccin mis sur le marché pour lutter contre un virus respiratoire (après le vaccin antigrippal). Or (i) ce dernier n’est que rarement utilisé hors de son indication chez les personnes à risque et (ii) il est réputé peu protecteur, non seulement à cause des mutations et réassortiments que subit ce type de virus, mais parce que son pouvoir protecteur est réputé faible. En outre, très peu d’immunologistes ou virologistes savent que class=y2iqfc>la durée des réponses anticorps à une «infection naturelle» par des virus respiratoires reflète généralement la durée de la protection immunitaire par des «vaccins contre le virus correspondant». En d’autres termes, la durée de détection des anticorps neutralisants dans les cas des infections respiratoires sans virémies (coronavirus RSV grippe) sont faibles (de 3 à 12 mois maximum style='mso-bidi-font-style:normal'>versus > 15 ans pour les virus respiratoires avec virémie style='mso-bidi-font-style:normal'>i.e. rougeole, rubéole…). Ce qu’expose Geert Vanden Bossche dans le présent ouvrage est un concept nouveau d’immunologie évolutive dans cette période pandémique que nous vivons. Le point critique, selon lui, a été l’émergence du variant Omicron lors des 7ème et 8ème vague en France à partir de janvier 2022, et ce, après les campagnes massives de vaccination dès la mi-2021.

Aufil des pages de ce livre, le lecteur averti apprendra que l’infection par cevariant - significativement différent des premiers (Alpha et Delta) - chez despersonnes vaccinées, a empêché, voire annulé, l'entraînement immunitaire descellules de l'immunité innée.  

 

Eneffet, l'exposition au variant Omicron des sujets vaccinés, en présence des anticorpsspécifiques préexistants (induits par le vaccin) et dotés d'une faible capacitéde neutralisation, a déclenché une exacerbation d’infections virales productiveset de maladies Covid-19.

 

L’argumentaireest solide et Geert Van den Bossche, en immunologiste averti, sait de quoi ilparle lorsqu’il décrit des mécanismes moléculaires complexes comme la réorientation de la réponseimmunitaire humorale anti-Spike vers des épitopes plus conservés etsous-dominants, du fait du masquage stérique des épitopes variables etimmunodominants (« re-focusing »).  Son texte s’appuie sur desréférences solides qui confirment que cette pression de sélection est proportionnelle au pourcentage de personnesvaccinées. Elle sera d'autant plus forte également, que le vaccin ne provoquepas d'immunité « stérilisante » et que le virus est dans un état decirculation de « pandémie dynamique » depuis trois ans.

Legrand message qu’il faut retenir de ce livre est que la technologie des vaccins- aussi innovante soit-elle - ne peut pas remplacer notre contrôleanti-infectieux naturel, particulièrement (i) lorsqu’il s’agit de virustransmis par la voie la plus évidente : la voie aérienne (ii) lorsqu’ils’agit de vacciner en période de pandémie « évolutive ». Au jour d'aujourd'hui, le SARS-CoV-2est le 21ème virus respiratoire décrit, circulant chez l'homme àcôté des virus grippaux et para-grippaux, des autres coronavirus humainssaisonniers, des Rhinovirus, du RSV (Virus Respiratoire Syncytial), des virusde la rougeole et des oreillons, des adénovirus (plus de 50 sérotypesdifférents), sans compter les autres virus tels que le Herpesvirus ou d'autrestransmis par voie aérienne (parechovirus, bocavirus, metapneumovirus). L’immunité vis-à-vis de ces virus respiratoiresubiquitaires est complexe et met en jeu des effecteurs cellulaires del’immunité innée et adaptative, complexes dans leur mode d’action car pouvantagir de manière équilibrée (défense versustolérance) et dont les effets mémoires sont encore très mal décryptés.

Soyonsouverts à de nouveaux regards comme celui de Geert Van den Bossche, surtoutquand il s’agit de notre position dans la « Nature » en co-évolutionperpétuelle.

 

Support our work
DONATE
Subscribe to our Substack Newsletter

Geert Vanden Bossche received his DVM from the University of Ghent, Belgium, and his PhD degree in Virology from the University of Hohenheim, Germany. He held adjunct faculty appointments at universities in Belgium and Germany. After his career in Academia, Geert joined several vaccine companies (GSK Biologicals, Novartis Vaccines, Solvay Biologicals) to serve various roles in vaccine R&D as well as in late vaccine development.

Geert then moved on to join the Bill & Melinda Gates Foundation’s Global Health Discovery team in Seattle (USA) as Senior Program Officer; he then worked with the Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI) in Geneva as Senior Ebola Program Manager. At GAVI he tracked efforts to develop an Ebola vaccine. He also represented GAVI in fora with other partners, including WHO, to review progress on the fight against Ebola and to build plans for global pandemic preparedness.

Back in 2015, Geert scrutinized and questioned the safety of the Ebola vaccine that was used in ring vaccination trials conducted by WHO in Guinea. His critical scientific analysis and report on the data published by WHO in the Lancet in 2015 was sent to all international health and regulatory authorities involved in the Ebola vaccination program. After working for GAVI, Geert joined the German Center for Infection Research in Cologne as Head of the Vaccine Development Office. He is at present primarily serving as a Biotech / Vaccine consultant while also conducting his own research on Natural Killer cell-based vaccines.

Email: info@voiceforscienceandsolidarity.org

Recent Posts
July 4, 2024

Like SARS-CoV-2, I'm ready for a major change…

Read
July 3, 2024

This is how I feel

Read
July 3, 2024

Sententia mox dicetur

Read
Voices for Science and solidarity, © 2023